Ambassade de Turquie en Tunisie

Politique Etrangère - Synopsis

La période que nous traversons est une période de changements rapides. Par conséquent, les questions de politique étrangère acquièrent également un caractère plus complexe et compliqué. Aujourd'hui, l’adoption au moment opportun des mesures rendues nécessaires par la vitesse de ces changements et les développements en cours, constitue le défi majeur et la tâche fondamentale des décideurs. Dans un tel environnement, les faits nous démontrent que la légitimité internationale, l'interdépendance économique, le respect des droits de l’homme, la poursuite d’une politique environnementale durable et l'harmonie entre les personnes appartenant à différentes origines religieuses et ethniques, se présentent comme les outils les plus importants pour l’établissement de la paix, de la stabilité et d’une prospérité durables. Les réalités de notre époque nous obligent également à analyser la dynamique internationale dans le cadre d’une perspective globale pour la paix.

Ce fabuleux processus de transformation façonne également les sujets fondamentaux de la politique étrangère de la Turquie qui est située dans une des principales régions où des différentes dynamiques de la politique étrangère s’entrecroisent. A la lumière des nombreuses opportunités engendrées par la mondialisation, nous espérions en fait l'émergence d'un nouvel environnement propice à une paix durable. Cependant, les problèmes traditionnels de sécurité ainsi que de nouveaux risques tels que le terrorisme, la prolifération des armes de destruction massive, la criminalité transfrontalière organisée et l'immigration illégale réduisent notre optimisme. La zone géographique de l’Afro-Eurasie, de laquelle la Turquie se trouve à l’épicentre selon différentes perspectives, constitue un espace où de telles opportunités et risques interagissent de la manière la plus intense. Dans ces circonstances, la mise en œuvre d’une politique étrangère stable et constructive a acquis une importance primordiale pour la Turquie. L'histoire atteste que les grandes civilisations ont prospéré pacifiquement dans notre région chaque fois que les mesures correctes ont été prises et que le potentiel existant a été utilisé de façon appropriée, tandis que l’on a constaté que le coût des erreurs commises pouvait avoir des effets dévastateurs pour le monde entier.

C'est avec ce discernement que la Turquie poursuit une politique étrangère dynamique et visionnaire en vue d'orienter les évolutions dans un sens positif, dans une des régions où l’on ressent le plus l'impact des changements globaux. Dans ce contexte, la poursuite d’une politique étrangère pluridimensionnelle, constructive, proactive, réaliste et responsable est l'un des plus importants éléments de la Turquie pour la réalisation de ses objectifs nationaux et internationaux.

Du fait de cette approche raisonnée et de ses efforts soutenus, ainsi que grâce à ses moyens et capacités qui continuent à s’accroître,  la Turquie est en effet devenue un pays pionnier qui œuvre à étendre une sphère croissante de paix et de prospérité dans sa région, à apporter de la stabilité et de la sécurité, à établir un ordre ouvrant la voie à la prospérité, au développement humain et à la stabilité durables.

L’élévation de la Turquie à cette position de premier plan est aussi la conséquence d’une attitude qui prend en compte les divers équilibres. Cette attitude est fondée sur le principe de la légitimité et sur la conviction que sa propre sécurité et stabilité ne peuvent être atteintes que grâce à la sécurité et à la stabilité de la région. Si l’on examine de prés cette attitude, l’on s’apercevra qu’elle comprend d’intenses efforts  et des initiatives majeures destinés à la mise en place d'un environnement de paix, de sécurité et de bien-être durables aussi bien dans sa région qu’au-delà.

Grâce à une telle vision de la politique étrangère, la Turquie est considérée comme un pays qui non seulement constitue un garant des droits de l’homme, de la démocratie, de la primauté du droit et de l'équité sociale dans sa région mais qui veille également à leur plus ample diffusion.

La profonde tradition étatique et démocratique de la Turquie, les avantages qui découlent de sa géographie et de son histoire, sa population jeune et instruite ainsi qu’une économie dynamique, jouent un rôle clé dans le succès de cette politique.

La politique étrangère turque nécessite la mobilisation de nombreux moyens politiques, économiques, humanitaires et culturels qui se complètent, et son domaine d'intérêt a atteint une échelle mondiale.

Dans ce cadre, la Turquie continue d’être déterminée à devenir un membre à part entière de l'Union européenne qui représente une étape majeure des efforts qu’elle a entrepris afin d’atteindre le niveau le plus élevé de la civilisation contemporaine, qui ont été concrétisés par la proclamation de la république, et qui continuent depuis plus de deux-cents ans. Par ailleurs, conscient des grandes contributions qu’une OTAN élargie pourrait effectuer pour la paix mondiale, la Turquie s'efforce avec soin de garder l'esprit de l’alliance vif à chaque instant.

D'autre part, dans le cadre de l’importance particulière qu’elle attribue à ses liens transatlantiques, la Turquie cherche à renforcer ses relations avec les Etats-Unis de la même manière qu’avec les pays européens. Elle développe encore davantage ses rapports avec les pays des Balkans, du Moyen-Orient, de l’Afrique du Nord, du Caucase du Sud, de l’Asie du Sud et de l'Asie Centrale avec lesquels elle entretient de bonnes relations qui sont renforcées par d’étroits liens historiques et culturels. Dans un monde où la mondialisation rend les distances de plus en plus insignifiantes, la Turquie  approfondit également ses politiques d’ouverture envers les régions de l’Afrique sub-saharienne, de l’Amérique Latine et de l’Asie-Pacifique qui abritent de nombreuses puissances émergentes.

En d'autres termes, d’une part, la Turquie développe ses relations bilatérales et régionales dans son voisinage proche. D’autre part, cherchant à créer une synergie positive sur une échelle beaucoup plus large, elle vise ainsi à contribuer à la paix, à la stabilité et à la sécurité mondiales.

Consciente du fait que les problèmes mondiaux ne peuvent être résolus que par une coopération à l'échelle mondiale, la Turquie poursuit également une diplomatie active au sein des organisations multilatérales, et notamment au sein de l’ONU, l’unique forum mondial dans lequel une telle coopération est menée, grâce à une participation la plus large possible disposant de la plus solide légitimité. Ainsi, après l’achèvement de son mandat de membre non permanent du Conseil de sécurité pour la période 2009-2010, la Turquie a annoncé sa candidature à un siège non-permanent au Conseil pour les années 2015-2016 afin d'apporter une valeur ajoutée au travail du Conseil et d’assumer plus efficacement ses responsabilités mondiales. D'autre part, en tenant compte de la relation directe entre la sécurité et le développement, la Turquie a également commencé à assumer un rôle actif dans les efforts dispensés au niveau mondial au sujet de la diplomatie du développement. A cet égard, la Turquie a accueilli la quatrième Conférence de l’ONU sur les pays les moins avancés, qui a été organisée du 9 au 13 mai à Istanbul et elle a contribué à l'adoption du Programme d'action pour la décennie 2011-2020.

Ainsi, consciente de la nécessité de consolider les piliers de la stabilité politique, de la prospérité économique et de l'harmonie culturelle afin d'atteindre une paix durable à l’échelle mondiale, la Turquie s'est engagée à renforcer le dialogue politique avec tous les pays, à rechercher de nouveaux domaines de coopération économiques et commerciales et à  accroître son aide aux pays en développement. En tant que pivot énergétique émergent et pays majeur de transit, la Turquie joue un rôle important à l'égard de la sécurité énergétique mondiale. De même, en tant que membre actif du G-20 qui a donné un nouvel élan à la quête de la gouvernance mondiale, la Turquie soutient la mise en place d’un système plus représentatif et démocratique mondial. La Turquie assume également un rôle actif dans les efforts entrepris pour favoriser le respect des valeurs communes par les différentes cultures et religions. A cet égard, l'initiative de l’Alliance des civilisations, coparrainée par la Turquie et l'Espagne, représente la réponse la plus forte qui n’ait jamais été apporté aux scénarios du soi-disant « choc des civilisations ».

D'autre part, à travers le rôle de facilitateur et de réconciliateur qu’elle a commencé à assumer pour aider les pays tiers dans la résolution de leurs problèmes aussi bien internes que bilatéraux, la Turquie a ajouté ces dernières années un aspect relativement nouveau à sa politique étrangère. Ce qui complète sa vision globale des relations internationales actuelles. Ainsi, la Turquie privilégie les opportunités et initiatives visant à améliorer la coopération et l'amitié entre les états en se basant sur le principe de gagnant-gagnant plutôt que de se focaliser sur la multitude de problèmes existants. Par conséquent, la Turquie affiche par rapport au passé une attitude beaucoup plus active en ce qui concerne la résolution des conflits et la médiation.  

De cette manière, la Turquie mène une politique étrangère guidée par le principe de  « paix dans la patrie, paix dans le monde » qui a été énoncé par Mustafa Kemal Atatürk. Elle a une vision large et constructive, et elle s'engage à faire usage de tous ses moyens et capacités à cette fin. La Turquie poursuivra résolument les efforts qu’elle a entrepris dans cette direction afin non seulement de garantir ses intérêts nationaux, mais d’aider à atteindre les objectifs communs à l'humanité dans son ensemble.